Ecole Canine du Luberon Christine Educateur canin

Djoudy, Labrador

« Ma maîtresse, depuis qu’elle m’a adopté en Novembre 2009 m’a trouvé un drôle de prénom, DJOUDY. Je m’y suis bien habitué. Avant, il paraît que je m’appelais Blacky. Pour un Labrador couleur sable foncé, mon maître de l’époque avait un drôle d’humour. J’allais sur mes 3 ans. A la SPA, j’étais un peu perdu dans ce nouvel environnement, je ne savais pas pourquoi j’étais là. On m’a mis dans une cage avec plein de congénères autour qui n’arrêtaient pas d’aboyer. Plein de gens me regardaient en passant, et puis un jour une dame s’est arrêtée, m’a regardé, ma caressé la tête à travers les barreaux. Je l’ai regardé repartir, mais le lendemain elle est revenue. Je ne savais pas encore qu’elle m’avait adopté, alors pendant 1 semaine, le temps que l’on m’opère, elle est venue me voir régulièrement. J’étais content, cela me faisait un peu de compagnie. Et puis j’ai été sorti de ma cage, elle était là, elle m’attendait, on s’est regardé, on s’aimait déjà.

Dans ma nouvelle maison, j’avais tout ce qu’il fallait. Elle m’emmenait tous les jours dans les bois de Sèvres pour de longues promenades. Au début, j’étais à la laisse, et puis elle m’a détaché. Mais je faisais des bêtises, je courais après les vélos, j’allais vers les gens, vers les autres chiens, je n’étais pas très obéissant. Alors au bout de quelques semaines, j’ai rencontré Hervé, car mon éducation était à refaire, aussi en quelques heures de travail, j’ai compris que si j’obéissais ce serait mieux pour moi et mon entourage.

En Juillet 2011, on a déménagé pour le Sud. Il a fallu prendre de nouvelles marques, mais près de ma maîtresse tout semblait plus facile.
En Janvier 2012, elle m’ a emmené sur un terrain sur lequel il y avait de drôles d’engins. C’est là que j’ai rencontré Christine. Sauter des obstacles, passer dans des tunnels, pourquoi pas, mais quelle idée de vouloir me faire grimper sur une passerelle pas très large pour redescendre de l’autre côté ! J’ai peur du vide, mais j’ai fini par y arriver, et maintenant cela m’amuse beaucoup de faire ces parcours en compagnie de ma maîtresse. Bon, après 1 heure et 1/2, je suis un peu fatigué mais je ne suis pas le seul…, il faut que je les remue mes 39 kilos !

C’est bien aussi car je me suis fait des copains.
Quand la voiture tourne en direction du Petit-Palais, je deviens très impatient »

L’Agility comme l’Education sont d’excellents moyens de sociabiliser son compagnon et d’être en parfaite osmose avec lui.
Alors Christine, BRAVO, merci de tes conseils avisés. Ne t’arrêtes pas, tu nous manquerais trop.

Danièle GOULIER